french_flag

Auparavant Peace for the People est une association composée de membres du corps de la Police d’Etat italienne, qui a comme objectif la diffusion de la connaissance des diverses cultures du monde pour faire en sorte que les peuples de la terre, en se connaissant mieux, puissent vivre en paix et en harmonie.
C’est dans cette optique que l’Association participe à la réalisation de projets de développement, à travers la sensibilisation de la société civile et la récolte de fonds nécessaires à la réalisation de ces programmes. Les membres de l’Association après avoir vécu ensemble des expéeriences sponsorisées par d’autres associations ont decidé de créer la «MotoforPeace» qui a pour but l’humanitaire à travers des expéditions à moto.

A moto et pour des raisons différentes, ils ont traversé de long en large Europe et Asie, et ont décidé miantenant d’aller «à la découverte» de l’Afrique grâce à un projet ambitieux et passionant.

2007
L’Association MotoforPeace est en train de préparer une nouvelle mission à moto: destination l’Amérique du Sud; départ prévu pour l’automne 2007.

Le nouveau projet s’appelle « Panamerica » et parcourt les traces des précurseurs de l’exploration planétaire qui furent les premiers à franchir les frontières de l’inconnu et qui ont dépassé le stade d’isolement nationaliste pour se lancer dans la grande aventure à la découverte de nouveaux mondes.
Après le continent américain (Cap Nord – Jubilé2000; Kosovo- Pâques 2001), le continent asiatique (Rome- Pékin-2002 ; Sabra et Chatila- 2006) et le continent africain (Un Pont pour l’Afrique- 2004), l’Association a décidé de manifester sa solidarité et son soutien en Amérique du Sud.
Des policiers de divers pays européens, poussés par leur habituel esprit humanitaire, seront les protagonistes de cette expédition durant laquelle ils parcourront une bonne partie de la fameuse Carretera Panamerica en partant du Venezuela pour arriver en Patagonie afin de réaliser un projet humanitaire en faveur des enfants de l’un des pays de l’Amérique Centrale. Il s’agira ,quoi qu’il en soit, d’un geste tangible et concret envers un pays qui a besoin d’aide, d’amitié et de soutien.
Le programme actuel prévoit un itinéraire qui partira de Caracas jusqu’à Buenos Aires en traversant le Venezuela, la Colombie, l’Equateur, le Pérou, le Chili, la Bolivie et l’Argentine. Un long voyage à travers un continent varié non seulement du point de vue géographique, avec des glaciers polaires et des terres de feu très étendues, mais aussi du point de vue culturel avec un amalgame de civilisations, de traditions et de modèles de vie ancestraux.

 

Notre équipe traversera l’Amérique du Sud en véhiculant un fort message de paix, tout en étant consciente qu’elle devra éviter certains parcours pour des raisons géographiques mais surtout pour des raisons de sécurité. Plaines, vallées et forêts du centre et du sud de l’Amérique que l’on pouvait parcourir en se préoccupant uniquement des piqûres d’insectes sont devenues désormais hors- limites, ensanglantées par des guérillas intérieures impitoyables et de folles actions de représailles.
C’est dans ce contexte assez similaire au reste du monde que nous voudrions divulguer notre petit geste de solidarité, comme message de paix et de fraternité dans l’espoir que même une petite action , par le biais d’un mécanisme de réactions en chaînes positif, puisse contribuer à détendre l’atmosphère de crise générale qui caractérise notre époque.
Nous sommes conscients des difficultés qui minent ce long chemin de réconciliation et de tolérance mais notre optimisme nous porte à espérer qu’après des siècles de crise, de dépression, de promesses incertaines et de stabilisations peu convaincantes, on puisse finalement assister à la naissance d’un chapitre de reprise d’un processus

 

2003 – TOUR EUROPÉEN – UN PONT POUR L’AFRIQUE

L’Association « MotoforPeace », pour consolider sa bréve mais glorieuse tradition, est en train d’organiser une expédition à moto en Afrique. De retour de l’aventure Rome – Pékin (16.000 km.) l’association organise pour Noël 2003 un raid sur le continent africain pour manifester la solidarité et les sentiments d’amitié des membres de MotoforPeace – appartenant au corps de la Police d’Etat italienne – à leurs collégues africains.
De notre vision globale de la planéte, notre choix s’est orienté sur une zone qui demande à haute voix l’intégration au reste du monde. Enfin ce sont aussi les panoramas de l’Afrique, si extraordinaires qui ont influencé notre choix mais qui ont également rendu plus difficile notre devoir de déterminer un itinéraire qui limitera notre route.
Une premiére approche du programme prévoit la traversée de l’Afrique septentrionale d’Est en Ouest: nous partirons de l’Egypte pour arriver au Maroc après avoir traversé Libye, Tunisie et Algérie. Le rêve du Continent africain nous a émotionnés dés le début: plus d’un voyageur occidental a décrit la fascination irrésistible de l’Afrique, la fascination extraordinaire de l’Afrique merveilleuse, de l’Afrique à la beauté incroyable et unique, de l’Afrique immense, spectaculaire et mysterieuse.
Nous avons plus de liens communs avec l’Afrique que de différence.
C’est ce qui nous guidera durant çe voyage. Parce-qu’il nous est difficile de raconter ici toutes les circonstances au cours desquelles le destin de l’Italie et celui des pays que nous irons visiter se sont croisés tout au long de l’histoire. Une partie de l’histoire européenne est enfonie sous le sable du désert africain.
Aujourd’hui les pays africains considérent l’Europe comme un modéle: un continent qui, complétement détruit par la dernière guerre mondiale, a réussi à briser les chaînes dont il était prisonnier et qui, renaissant de ses cendres, a réussi à réagir face aux évènements historiques, pour leur succomber ou leur résister, pour s’y adapter, voire en tirer profit dans un nouvel élan: il a ainsi constitué une nouvelle communauté élargie avec des institutions communes, empêchant ainsi la répétition des tragédies auxquellesil avait dû faire face dans le passé.

 

L’Afrique, au contraire, une fois oubliée l’euphorie de la décolonisation, qui a renouvelé l’orgueil du principe d’autodétermination des peuples, aprés avoir suivi un processus d’évolution différent de celui occidental, a dû affronter une situation mondiale qui ne lui est guère favorable. La compétition sur l’échiquier de la mondialisation est totale et l’Afrique ne possède pas encore les condition nécessaires à son envol.
Si à cela on ajoute la diminution du quota des aides aux pays en voie de développement de la part du monde « industrialisé », alors la situation du continent africain semble compromise, pénalisé par ses retards intraséques et contraint de conserver un rôle minoritaire, voire être marginalisé. Et les nombreuses guerres n’ont fait qu’aggraver cet état de fait. Des quantités de richesse ont été utilisées sous la « pseudo » coverture des idéaux de démocratie et de justice au dépit du bien- être.
Les conséquences de cette vision myope de développement ont déterminé la radicalisation de phénomènes tels que l’immigration clandestine et le statut de guerre permanente qui contraint des milliers de personnes à devoir se fier aux organisations criminelles sans scrupules pour fuir la misère et dans l’espoir de mener une vie digne d’être vécue.
C’est presque avec indifférence que nous regardons les images d’enfants souffrants de dénutrition ou mutilés et le plus grand danger est celui de s’habituer à ce genre de choses. De diminuer notre sensibilité face à çes conditions déséspérées qui ne demandent que de la compréhension.
Notre association se lance un défi et vent donner naissance à un projet de solidarité en Afrique en partant par les pays qui vivent une réalité sociale et èconomique moins difficile. C’est un premier pas et ce ne sera pas le dernier.
Pour rendre ce projet plus incisif, notre intention est d’y faire participer nos collègues policiers de toute l’Europe: c’est pourquoi nous contacterons nos collègues de l’Union Européenne afin de les inviter à adhérer à notre initiative de constituer un groupe de motards qui seront à nos côtés lors de çe raid africain.
Nous voudrions passer « du pluriel au singulier » et être les protagonistes de ce projet de sortir de l’isolement le Continent africain pour l’ouvrir au monde et nous sentir un peu pionniers d’une grande aventure européenne à la çonquête de l’intégration de toutes les civilisations du globe.
Une aventure extraordinaire, en taut que missionnaires de paix et de solidarité, guidée par l’association MotoforPeace, elle-même secondée par des groupes de toute (ou d’une grande partre) de l’Union Européenne. L’Europe serait donc le moteur de cette expédition: laissant derrière elle le passé pour se consacrer au futur et faire des émules.
Traverser l’Afrique du Nord avec nos collègues européens équivandra à parcourir ensemble un bout de notre histoire commune dans un but collectif: celui de contribuer à la suppression des barrières culturelles, sociales, religieuses et économiques qui ont été à l’origine de tant de conflits et d’incomprèhensions et celui de revendiquer une égalité essentielle, profonde, interne.
C’est pourquoi durant ce voyage nous ferons participer activement nos collègues africains et pour rendre tangible notre engagement, nous sommes entrain d’organiser la diffusion des calendriers de la Police d ‘Etat, realisés en collaboration avec l’Unicef afin de pouvoir dédiér notre engagement humanitaire aux enfants.

 

Ainsi, comme nous l’avons déjà fait au Tibet avec l’étroite collaboration de l’Organisation non-gouvernementale ASIA et de son responsable, le Docteur Andrea Dell’Angelo, nous avons contribué au financement d’une clinique pour la médecine, nous prévoyons de mettre en place une initiative analogue en demandant la participation cette fois encore d’une ou de plusieurs organisations non-gouvernementales et des bureaux Unicef.
En ce qui concerne les aspects logistiques, notre expérience fruit des voyages précédents – en Chine et au Tibet mais aussi lors des actions sociales dans les Balcans et en Scandinaire – nous pousse à continner la collaboration avec nos différents partners techniques avec lesquels s’est créé un lien et une entente qui dépassent les rapports habituels de collaboration. Essentiellement avec l’Aprilia qui nous ont permis d’arriver à Pékin en toute sécurité et en toute tranquillité.
Bien évidemment, la nouveauté de ce projet – Afrique réside dans l’implication de nos collègues policiers européens et africains. Nous avons déjà en l’occasion de nous rendre compte de ce désir de participation de nos collègues lors du raid en Chine afin de participer à nos éventuels projets futurs. Alors pourquoi ne pas commencer immédiatement? Si, comme nous l’espérons, nos collègues européens participeront en notre compagnie à cette aventure, cela voudra dire fêter le Noël 2003 en Afrique et jeter les fondations pour d’ultérieurs et toujours plus ambitieux projets de solidarité menés par des gens qui auront en commun la curiosité envers le monde, la sensibilité de la vie humaine et la passion hors limites pour la moto.
Notre contribution à un débat toujours ouvert: l’ouverture du monde; car l’histoire nous enseigne qu’il ne pourrait évoluer en maintenant un seul point de vue. Et grâce à cette nouvelle aventure nous pensons rester fidéles au but que notre association s’est fixé: contaminer le monde de solidarité!

 

5 Janvier 2003 – LA « BEFANA » ARRIVE Á MOTO

L’Association « MotoforPeace » auparavant « Peace for the People », constituée de membres de la Police d’Etat italienne aprés le raid de solidarité Rome – Pékin de l’été dernier (16.000 km. a moto) a organisé pour l’Epiphanie 2003 une manifestation de bienfaisance dans la Paroisse Santa Maria Assunta e San Giuseppe dans le quartier populaire de Primavalle, auprés de l’hôpital Bambin Gesù et de la Maison-Famille « Figlie della Carità » de Rome.
Le 5 Janvier, les membres de l’Association déguisés en Pére Noël et en Befana, à cheval sur leur moto ont apporté des cadeaux aux enfants de l’hôpital, de la Paroisse et autres dons et vêtements aux enfants de la maison-Famille dans l’espoir d’offrir un sourire et un peu de joie en ce jour spécial.

 

2002 – “La Chine est proche”

Le voyage est issu de trois motif: le premier est la fascination pour une culture millénaire qui, au cours des siécles, a influencé la planéte toute entiére et à laquelle Dino et ses compagnons de voyage ne savent pas renoncer. Le second motif sonne comme un défi: celui de suivre les traces d’un grand explorateur de l’Histoire, à la connaissance de terres inconnues et trés belles: Marco Polo. Enfin le dernier et non le moindre, la volonté de contribuer à l’intégration de différentes cultures en apportant des aides humanitaires à des peuples qui en ont réellement besoin et en établissant des jumelages avec les forces de police chinoises.
Neuf le nombre des protagonistes de ce nouveau défi: Dino, Antonio, Duccio, Gianni, Riccardo, Roberto, Daniele, Alessandro e Paola sur 5 motos Aprilia Capo Nord et un fourgon Mercedes.
L’itinéraire, en phase préparatoire, doit subir plusieurs modifications notamment à cause des tragiques événements terroristes internationaux qui ont troublé l’équilibre politique mondial mais qui n’ont nullement découragé le groupe, bien décidé à mener à terme son projet.
Les préparatifs sont épuisants parce-qu’il faut prévoir même l’imprévisible étant donné l’inaccessibilité de certains territoires à traverser sans compter les difficultés bureaucratiques qui ont parfois découragé les membres. Petit à petit naît l’itinéraire définitif qui, à travers l’Autriche, la République Tchéque, la Pologne, la Biélorussie, la Fédération Russe et le Kazakhstan, les portera en Chine si lointaine.
Dans les capitales de chaque pays visité seront organisées des rencontres avec les collégues des polices locales pour échanger un message de fraternité et de paix, afin de démontrer la volonté tenace de dialogue et de collaboration entre les peuples. Chaleureuse la récolte de fonds qui sera donnée en bienfaisance, même s’il n’est pas simple de choisir le projet à aider qui sera finalement décidé – en collaboration avec la Onlus Asia – sur le financement d’une clinique à Dangché, en territoire tibétain.
L’aventure débute le 22 Juin 2002. C’est une lourde responsabilité essentiellement pour Dino qui l’a projetée et qui espére ne pas décevoir ses compagnons. Trés vite la tension tombe, ce qui prouve bien que le groupe est compact. Le voyage dépasse toute attente: l’Autriche est ravissante et cordiale comme toujours, et Vienne est encore trés ….. européenne; Prague est trés belle, un bijou unique et l’accueil de la ville est inoubliable. Varsavie salue le groupe en musique, avec escorte et groupe musical en leur honneur. A Minsk, la cordialité toute simple des Biélorusses se manifeste à travers l’organisation d’un relais de la police locale pour rendre le voyage le plus agréable possible. La « diversité » du paysage et du territoire nous apparaît plus évidente mais l’accueil chaleureux des gens nous fait sentir « comme chez nous ».

 

La Russie, immense et meurtrie, avec les restes d’un passé trop présent et d’un futur trop lointain, accueille chaleureusement le groupe et contre toute attente voit naître une sympathie réciproque avec les collégues policiers.
Le Kazakhstan, mystérieux et trés beau, nous donne une sensation immense de liberté, avec des paysages infinis et sauvages, presque intemporels. Sans parler des habitants: affectueux, dignes, étonnants avec leurs attentions.
Enfin, la Chine tant désirée. Et non plus impossible à atteindre. Mais si proche. Tout autour d’eux; superbe avec ses paysages incontaminés, rassurants, imposants, magnifiques. Attractifs malgré la pauvreté plus totale. Une explosion d’images, de couleurs, de silences infinis. Des équilibres naturels inimaginables, à couper le souffle! Séduisants au point de vous émotionner qui conquiert chaque membre du groupe, leur donne une sensation de paix totale et surtout, les rend heureux d’avoir modestement contribué à rapprocher les peuples de la terre.

 

5 Janvier 2002 – LA « BEFANA » ARRIVE Á MOTO

A peine constituée l’Association Peace for the People, ses membres Antonio, Dino, Piero, Enrico, Paola, Gianni, Duccio, Riccardo, Lorella et Fabrizio veulent immédiatement exprimer un message de solidarité en organisant une manifestation bénéfique à l’occasion de la fête de l’Epiphanie. C’est ainsi que naît la « Befana à moto », sorte de sorciére « mére Noël » bien connue des enfants italiens à qui elle apporte cadeaux et bonbons, auprés de l’hôpital pédiatrique Bambin Gesù de Rome et de la maison-famille « Figlie della carità ». Les fonds nécessaires à l’initiative sont recueillis dans les bureaux de Police de chaque membre, ce qui permet l’achat de dons, vêtements et sucreries pour tous les enfants qui ne bénéficent d’aucun répit malgré les jours de fêtes. Les membres de l’Association, déguisés en Befana et en Pére Noël arrivent à moto dans ces diverses structures provoquant la curiosité et surtout la joie de ces enfants malades.
Mais voici qu’un projet encore plus fascinant – but principal de l’Association pour l’année 2002 – commence à occuper chaque membre de l’Association: le motoraid Rome – Pékin !!!!!

2001 – KOSOVO

A peine un an après Cap Nord, Dino, qui lors du voyage précédent a en l’occasion de mieux connaître Enrico et Piero avec qui il s’accorde parfaitement, retrouve ses deux « compagnons de voyage » pour organiser une nouvelle aventure. Le but de cette nouvelle mission est exclusivement humanitaire; plus précisément celui d’apporter une aide conciéte aux familles en graves difficultés qui vivent dans la ville de Pec, dans un Kosovo persécuté. Cette fois l’organisation est plus complexe, bien que les kilométres à parcourir soient inférieurs et les jours prévus (5 seulement) pour le voyage aussi.
Dés la phase de préparation se présente la premiére grande difficulté: il est trés compliqué en effet de définir un itinéraire sûr, étant donné l’état de guerre dans la région; il est tout aussi difficile d’organiser les deux camions qui, transporteront à la fois de la nourriture et du matériel scolaire pour les enfants, les deux buts de cette mission.

 

L’aide généreuse de divers sponsors est fondamentale, ainsi que le soutien des collégues à Pec. Cependant dés le départ, le voyage se transforme en odyssée: même les conditions météorologiques sont contraires: la pluie et la neige qui accompagnent les motards jusqu’à Bari pour l’embarquement sembleut être le prélude au déroulement de l’expédition.
Arrivés à Bar, de nombreux obstacles les attendent ainsi que l’incompréhension de la part des autorités du Montenégro, disposées à nous aider uniquement par le biais d’échanges « à l’ancienne ». Cette méthode ne peut malheureusement pas nous aider pour passer le col montagnard qui nous permettrait d’entrer au Kosovo, bloqué par deux métres de neige; ce qui a pour conséquence de retarder d’une journée notre date d’arrivée.
Mais le groupe est désormais habitué à faire front à tout, y compris à un douanier a Pec, allez savoir de quelle etnie, qui ne voit pas d’un trés bon œil leur intérêt pour cette enclave de la ville.
Les motards parviennent, malgré tout, à porter à terme leur mission humanitaire et découvrent qu’un lien trés fort s’est tissé en eux. Ce lien portera les membres de cette aventure – Antonio, Général de la Police d’Etat italienne et futur président de l’association, Roberto, Enrico, Piero, Paola et Dino – à créer l’Association Peace for the People.

2000 – CAP NORD

Le voyage naît de la passion pour la moto et du désir de parvenir à ces lieux qui répresentent un must pour tout motard. Aller à moto «au bout du Monde» était le rêve de Dino, depuis plusieurs années, plus de dix, depuis qu’il va à moto.
Il a maintes fois reporté la réalisation de son rêve pour plusieurs raisons, mais l’an 2000 a été la bonne année: après quelques mois de préparation, l’itinéraire est enfin prêt. Une nouvelle moto l’accompagnera tout au long des 12.000 km. pour traverser l’Autriche, l’Allemagne, le Danemark, la Norvège, la Finlande, la Suéde et la Rép. Tchéque; 24 jours de pure aventure pour réaliser enfin ses rêves au milieu de paysages enchantes.

Environ un mois avant le départ, le rêve de Dino rencontre miraculeusement la réalité d’un club de motos de Rome qui a organisé un voyage identique, à la même période. De plus, certains participants sont membres de la Police d’Etat, donc Dino décide de les contacter pour examiner la possibilité de voyager en leur compagnie. L’organisation est parfait: le voyage est sponsorisé par la Moto-Guzzi et par d’autres importantes entreprises et le but de l’expédition semble immédiatement noble : faire parvenir des lettres des enfants d’une école de Ladispoli (Rome) à toutes les écoles des capitales qui seront traversées, afin de pouvoir faciliter la transmission de cultures differentes et de se porter garant d’éeventuels échanges entre des jeunes de diverses nationalités dés l’enfance.

 

L’objectif de l’expédition prévoit aussi une récolte de fonds qui seront destinés à la recherce sur les « syndromes ataxiques ».
Dès le départ, le voyage est pein d’émotion: au départ de Ladispoli se réunissent prés de 2.000 personnes, et le reste du voyage n’est qu’une succession de cérémonies auprés de toutes les Ambassades italiennes et la rencontre des représentants des institutions locales. Partout le groupe est accueilli avec enthousiasme et admiration, essentiellement pour le but de sa mission qui est devenue aussi celle de Dino.
Et là òu il n’y a aucune rencontre officielle, c’est la nature toute puissante et sauvage qui se charge de porter ces jeunes motards hors de leur quotidien si ordinaire. Il est trés difficile de décrire le soleil de minuit, de raconter les sensations ressentrés parce-qu’aux confins de la Terre, c’est comme si plus rien ne compte. Et malgré la température glaciale, on a l’impression d’appartenér à un univers serein.
Et bien que tous le participants soient unanimement convaincus que le voyage a été épuissant, ils sont tous d’avis que ça en valait vraiment la peine!